Bien ou Bien x Endro : découvrez ce joli coffret de 6 soins à offrir pour la fête des mères 🌸

6 idées reçues sur nos consommations énergétiques

6 idées reçues sur nos consommations énergétiques

temps de lecture:
Faut-il éteindre le chauffage quand on sort de chez soi ? Vaut-il mieux chauffer l'eau dans une casserole ou dans une bouilloire électrique ? Est-ce que cela change vraiment quelque chose d'éteindre les appareils en veille ? Bien ou Bien fait le point sur quelques idées reçues au sujet de nos consommations énergétiques.

Dans le logement, les premiers postes de dépenses énergétiques sont le chauffage et l’eau chaude sanitaire. En moyenne, ils représentent, à eux deux, plus 40% de la consommation d'électricité d’un foyer français. En troisième position arrive le groupe des systèmes de froid (réfrigérateur et congélateur), qui fonctionnent tout le temps, et des appareils de lavage (lave-vaisselle et lave-linge) : 18,5% des consommations énergétiques. Quasiment au coude-à-coude, on retrouve les appareils multimédia (télévision, box internet, ordinateur, téléphone, console…) et le petit électroménager (cafetière, bouilloire, aspirateur, micro-onde…), respectivement 13,5 et 12% des usages de l'électricité du logement.

Comme chaque geste compte, de nombreux conseils sont diffusés ici et là pour réduire sa consommation. Revenons sur les principaux bons gestes et... les éventuelles idées reçues !

1. En période de chauffage, il est préférable de l’éteindre la nuit et lorsqu’on quitte le domicile. 

 Vrai et faux… Tout dépend de la qualité d’isolation de votre maison !

Dans la plupart des logements, il est préférable de garder le chauffage au minimum la nuit et lorsque l'on s’absente la journée ou sur plusieurs jours. L’objectif est d’éviter les pics de puissance au démarrage pour relancer le chauffage, ainsi que l’inconfort thermique, qui conduit à augmenter le thermostat pour acquérir rapidement une température ambiante agréable. En effet, il est plus rapide de réchauffer un air et des surfaces déjà tièdes, que de réchauffer une pièce froide. 

De plus, dans les logements mal isolés, lorsque vous observez de la condensation sur les murs, sous forme de gouttelettes, la succession marche/arrêt du chauffage augmente les écarts de températures et renforce donc ce phénomène, qui aboutit toujours à l’apparition de moisissures. D’où l’intérêt de garder des murs à température ambiante. 

Un radiateur dans une pièce vide
Photo by Aleks Marinkovic on Unsplash

Au contraire, si le logement est très bien isolé, comme dans les maisons qui répondent à la norme RT2012, alors l’étanchéité et l’isolation de l’enveloppe permettent aux surfaces intérieures de rester tièdes. Dans ces logements, vous pouvez sans problème éteindre le chauffage la nuit et en l’absence de ses occupants. Vous pouvez faire le test chez vous. Si après une journée sans chauffage, la température ambiante ne descend pas en dessous de 16°C, il est possible de le couper totalement. Il est préférable de ne pas descendre en dessous de ce seuil, pour éviter d’allumer les radiateurs à fond en rentrant le soir !

2. Le cycle court des lave-linge est plus économe en énergie 

Vrai et faux.

C’est vrai, à condition que le cycle de lavage soit à température peu élevée. La grande majorité de l'énergie consommée sert à chauffer l'eau ! Selon l'Ademe, Agence de la transition écologique, "un lavage à 30°C consomme 3 fois moins d’énergie qu’un lavage à 90°C et un lavage à froid consomme 2 fois moins qu’un lavage à 40°C". Ainsi, le cycle froid est le plus économe en énergie, mais il ne convient pas à tous les tissus et toutes les tâches. Par contre, un cycle court qui requiert de l’eau très chaude n’est pas économe en électricité, car il nécessite un pic de puissance pour chauffer rapidement l’eau. 

De plus, les machines à laver proposent généralement un mode “Éco” qui permet "d’économiser l’eau et l’énergie même si la durée du cycle est plus élevée".

Un lavage à 30°C consomme 3 fois moins d’énergie qu’un lavage à 90°C et un lavage à froid consomme 2 fois moins qu’un lavage à 40°C.

3. Les plaques à induction sont moins énergivores que les plaques vitrocéramiques ou électriques

Vrai.

En moyenne, les plaques de cuisson par induction permettent une économie d’électricité de 25% par rapport aux plaques de cuisson électriques et de 20% par rapport aux plaques vitrocéramiques. 

Une petite astuce pour les plaques électriques : coupez le thermostat quelques minutes avant que le plat soit prêt... Le temps que les plaques refroidissent, les aliments continuent de cuire.

4. Les ampoules LED sont actuellement la solution la moins énergivore pour l’éclairage domestique 

Vrai.

Comme elles consomment toutes très peu d’électricité, le choix se fait davantage sur leur intensité à éclairer (exprimée en nombre de lumens) et la température de couleur (exprimée en Kelvins) plutôt que sur leur puissance. En effet, sur une facture annuelle, résultat de 1000 heures d’éclairage, la différence entre une ampoule de 4W et 6W est de 30 centimes, soit 9€ pour 30 ampoules LED.

Par contre, les durées d'éclairages exceptionnelles (jusqu'à 25 000 heures !) vantées par les fabricants ne sont pas toujours vérifiées. L'UFC Que Choisir a testé 20 ampoules LED. Résultat, "plusieurs ont lâché ou perdu beaucoup d’intensité lumineuse avant l’échéance des 3 000 heures d’essai".

5. Par rapport à la casserole, la bouilloire électrique est plus efficiente pour faire chauffer de l’eau.

Vrai.

Main tenant une bouilloire électrique
Photo by Nathan Dumlao on Unsplash

Elle n’a que des avantages par rapport à la casserole. Elle est conçue pour que la résistance électrique chauffe rapidement l’eau, alors qu’avec une casserole, l'énergie sert d’abord à chauffer le contenant (la casserole) avant de chauffer le contenu (l’eau). De plus, avec une bouilloire, il y a moins d’évaporation donc moins d’humidité dans l’air. 

Par contre, pour une seule tasse d’eau, le moins énergivore est de la passer au micro-onde. Ainsi, la juste quantité d’eau est chauffée. Ou alors, ne remplissez vraiment pas la bouilloire à ras-bord, pour ne chauffer que l’eau nécessaire !

6. Aujourd’hui, il est inutile d’éteindre les appareils en veille

Faux.

Dans l'idéal, on devrait débrancher tous nos appareils en allant se coucher, car même si le mode veille consomme très peu, il consomme toujours. Pour se simplifier la vie, on peut utiliser des multiprises avec un interrupteur afin de les éteindre en un seul geste. 

Le mode veille a fait de nombreux progrès et consomme moins d’électricité que par le passé. Toutefois, l’Ademe indique qu’en éteignant toutes ces veilles, on pourrait économiser jusqu’à 10% sur notre facture d’électricité annuelle. Selon les foyers, on compte entre 15 et 50 équipements en veille en permanence. 

L'Ademe précise également qu’on sous-estime la consommation électrique de notre box internet qui, branchée 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, peut consommer annuellement autant qu’un lave-linge. Alors, même si on ne débranche pas la box tous les soirs, on peut y penser avant de partir en vacances ou en week-end. 

En conclusion, pour être un as de l’efficience énergétique, il faut pouvoir combiner des appareils performants avec les bons usages : suivre les recommandations du fabricant, choisir les programmes les plus adaptés à nos besoins ou encore éteindre les appareils et les veilleuses.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
À propos de l'autrice
Elodie Lapierre
Rédactrice spécialisée en santé environnementale
Titulaire d’un Master Méthodes de Recherche en Environnement, Santé et Toxicologie, Elodie a à cœur d’informer et de sensibiliser aux idées reçues afin de permettre à chacun et chacune de faire des choix éclairés.

Tags associés à l’article

Ces articles pourraient vous plaire...
Ces articles pourraient vous plaire...
Voir tous les articles