Tentez de remporter 500 € en participant à notre tirage au sort ! 🎁

L’air intérieur : un enjeu crucial pour bébé

L’air intérieur : un enjeu crucial pour bébé

temps de lecture:
Qu’elle est belle, cette chambre préparée pour l’arrivée de bébé ! Une belle commode en bois verni, des cadres çà et là, une table de chevet, des petites lampes, des jouets… Qu’ils sont jolis, ces murs peints en blanc cassé ! Et que c’est propre ! Le sol brille de mille feux, ça sent bon la lavande… Bébé va respirer un air sain et s’épanouir dans un environnement très agréable. Vraiment ? En réalité, certaines sources de pollution sont à surveiller dans la maison.

[Cet article a été initialement publié dans le guide IDÉES PRATIQUES #1: Bébé (aussi) sera écolo, réalisé par ID L'Info Durable]

ID a posé quelques questions au Dr Nhân Pham-Thi, allergologue et pneumologue pédiatre à Paris.

Pourquoi dit-on toujours que les bébés sont plus vulnérables que les adultes aux sources de pollution ?

L’enfant est plus vulnérable parce que tous les organes sont en cours de formation. Il a très peu de défenses métaboliques, de capacités de digestion, d’élimination... Tout le système est plus fragile et susceptible de réagir aux produits chimiques. Pour de multiples raisons, il est une cible parfaite pour absorber, cumuler, avoir une modification de sa croissance... Il est à risque.

Quelles sont les sources de pollution dans la maison, notamment au niveau de l’air ?

Les sources sont multiples dans l’environnement, d’abord dans la chambre, où il va passer le plus clair de son temps au départ. La peinture, les meubles neufs, les revêtements... Tout cela va émettre des produits chimiques, en fonction de la vieillesse de ces éléments. En présence de produits neufs qui dégagent encore des composés organiques volatils (ndlr : COV) ou semi-volatils, immanquablement, l’enfant va en absorber une partie. Mais après, chaque tableau est différent, et chaque enfant est différent. Il y a aussi une inégalité génétique par rapport à l’absorption. Et puis au-delà de l’environnement immédiat, vous avez d’autres sources : le tabac, l’encens, les huiles essentielles, les vaporisateurs...

Que peut contracter un bébé qui va absorber trop de COV ?

C’est compliqué de dire sur quoi cela va avoir une action, tout dépend de la susceptibilité à faire de l’asthme, à développer des maladies auto-immunes... Mais cela va se cumuler dans l’organisme et perturber la croissance des organes et leur fonctionnement. Et mettre en évidence toute faiblesse génétique. On se pose des questions sur un bon nombre de maladies.

« L’enfant est plus vulnérable parce que tous les organes sont en cours de formation. »

À surveiller :

Les meubles…

"Les meubles, colles, vernis, peintures, papier peints, revêtements au sol émettent des composés organiques volatils (COV) qui se diffusent dans l’air très longtemps. Les canapés et articles d’ameublement contiennent des substances chimiques", rappelle Santé Publique France, qui a lancé en septembre 2019, en partenariat avec le ministère de la Santé, le site Agir pour bébé. On y retrouve quelques recommandations afin que l’arrivée du nouveau-né se fasse dans un environnement sain.

… Et les produits d’entretien

D’après une étude de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), de l’INERIS et du CSTB*, les produits d’entretien faits maison "polluent bien moins que leurs équivalents industriels", même si aucune situation préoccupante n’est associée aux usages les plus courants, dès lors que des précautions d’usage sont prises. "Simplement, on met en garde sur les populations vulnérables dont les bébés", commente à ce sujet Isabelle Augeven-Bour, ingénieure au service qualité de l’air de l’ADEME.

L’experte d’ajouter : "Si on respecte bien les quantités et que l’on aère, a priori il n’y a pas de risque. Mais il faut se souvenir que ce n’est pas parce que ça sent bon que c’est propre et que c’est bon pour la santé". Les produits d’entretien maison (bien dosés, avec un nombre limité d’ingrédients) auraient notamment l’avantage d’émettre moins de composés organiques volatils (COV), qui ont leurs lots d’impacts sur la santé et l’environnement. "Les produits manufacturés sont fabriqués avec un nombre relativement élevé de produits chimiques, rappelle Mme Augeven-Bour, et ils ne sont pas la seule source de pollution intérieure. Or, plus il y a de sources de COV, plus on va en avoir dans la maison".

⇒ Revenir au sommaire Bébé (aussi) sera écolo

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
À propos de l'auteur
ID L'info durable
#TousActeurs
Le premier média en France à proposer une information rigoureuse sur le développement durable associée systématiquement à des solutions concrètes pour agir à son échelle.

Tags associés à l’article

Ces articles pourraient vous plaire...
Ces articles pourraient vous plaire...
Voir tous les articles