Tentez de remporter 500 € en participant à notre tirage au sort ! 🎁

Épargner pour votre avenir... Et celui de vos enfants

Épargner pour votre avenir... Et celui de vos enfants

temps de lecture:
Assurance-vie ou livret A, vers quel type de placement doit-on se tourner quand on souhaite épargner de manière durable et solidaire ? Avec ou sans risque, voici comment gérer la destination de son argent.
Photo by micheile dot com on Unsplash

[Cet article a été initialement publié dans le guide IDÉES PRATIQUES #1: Bébé (aussi) sera écolo, réalisé par ID L'Info Durable]

L’assurance-vie, ISR ou solidaire

Incontournable dans de nombreux ménages, l’assurance-vie n’a pas volé son titre de produit préféré des Français : en 2018, sa collecte nette s’élevait à 22,4 milliards d’euros, selon la Fédération Française de l’Assurance. Ce placement financier permet "d’épargner de l’argent dans l’objectif de la transmettre à un bénéficiaire lorsque survient un événement lié à l’assuré", détaille le service public. Par exemple, il peut s’agir d’un compte dont pourra bénéficier un enfant en cas de décès du parent.

Il en existe deux types : monosupport et multisupport. Le premier, sans risque, ne permet pas de gérer la destination de son argent contrairement au second : avec un contrat multisupport, l’épargnant peut choisir ses "unités de compte", lui conférant une part de gestion active et de risque de ses placements. Et si la gamme monosupport des assurances-vie semble aujourd’hui en voie de disparition en raison de sa rentabilité moindre, la multisupport permet à l’assuré de placer ses unités de compte dans des fonds responsables. Pour ça, deux possibilités :

  • L’ISR (ou Investissement Socialement Responsable) : ce type de placement consiste à investir dans des sociétés cotées en Bourse au regard à la fois de leurs performances financières et, de leurs comportements en matière de développement durable.

  • L’épargne solidaire : là, il s’agit d’investir dans des projets ou petites entreprises non cotés où l’argent servira à financer des activités génératrices d’utilité sociale ou environnementale : création d’emplois, accès au logement, protection de la planète, réinsertion...

NB : Pour garantir la qualité de la gestion responsable des fonds dans lesquels on investit, plusieurs labels existent : Finansol pour les fonds solidaires et les labels ISR et Greenfin pour les fonds ISR.

Le livret A, sans risque et "solidaire"

Si nombre de Français en possèdent un, rares sont ceux qui connaissent la finalité de ses encours. Et pourtant, le livret A est par nature solidaire puisqu’environ 60 % d’entre eux sont confiés à la Caisse des dépôts et consignations, établissement public et de comptabilité indépendante, qui les utilise pour financer le logement social ou prêter aux collectivités locales par exemple.

Quant aux 40 % restants, ils sont consacrés au financement de l’économie et en particulier des PME. Les fonds sur livret A ont donc de fait une portée sociale. À la différence de l’assurance vie, le livret A - inscrit au catalogue de toutes les banques - n’implique pas de gestion active et ne concerne pas l’ISR. Et si le risque est nul, le taux de rendement est toutefois peu intéressant . En outre, certains établissements proposent des livrets d’épargne "maison" responsables, dont une partie est consultable sur le site de Finansol.

⇒ Revenir au sommaire Bébé (aussi) sera écolo 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
À propos de l'auteur
ID L'info durable
#TousActeurs
Le premier média en France à proposer une information rigoureuse sur le développement durable associée systématiquement à des solutions concrètes pour agir à son échelle.

Tags associés à l’article

Ces articles pourraient vous plaire...
Ces articles pourraient vous plaire...
Voir tous les articles