Bien ou Bien x Endro : découvrez ce joli coffret de 6 soins à offrir pour la fête des mères 🌸

60% des Français pensent que nous devons modifier nos modes de vie pour réduire notre impact

60% des Français pensent que nous devons modifier nos modes de vie pour réduire notre impact

temps de lecture:
La 3ème édition de l'Observatoire des usages et représentations des territoires analyse les envies et les besoins de cadre de vie des Françaises et Français. Les "envies d'ailleurs" et velléités à changer de territoire s'accompagnent d'une volonté de réduire l'impact environnemental de nos modes de vie contemporains.

L’Observatoire Société et Consommation (ObSoCo) vient de publier la 3ème édition de son Observatoire des usages et représentations des territoires (en partenariat avec Chronos, l’Agence de la Transition écologique et Bouygues construction). Cette étude, menée sur un échantillon représentatif de 4000 personnes, se penche sur “la façon dont les Français redéfinissent leurs besoins en matière de cadre de vie”

Selon ces résultats, la crise sanitaire a clairement eu “un impact sur les envies d’ailleurs”. Par exemple, 62% des habitants de villes centres de métropoles aimeraient déménager pour vivre dans un autre territoire, quitte parfois à reconsidérer leur situation professionnelle. L’étude définit la pandémie de Covid-19 comme un “accélérateur” de ces velléités de changement, liées à la recherche de la “bonne” densité de population.

Changer de mode de vie 

Mais l'autre grande tendance identifiée par ce document, c’est que ces envies d’ailleurs sont étroitement mêlées à “l’envie de changer de mode de vie”. Ainsi, 60% des personnes interrogées pensent que “des changements importants, voire radicaux, doivent être effectués pour réduire l’impact des modes de vie contemporains sur l’environnement”. 

60% des Français et Françaises pensent que des changements importants, voire radicaux, doivent être effectués pour réduire l’impact des modes de vie contemporains sur l’environnement. 

En pratique, beaucoup de transitions individuelles sont d’ailleurs “déjà entamées ou sur le point de l’être”. Par exemple, 31% des sondés réduisent leur consommation d’eau (et 21% sont tout à fait prêts à le faire “en cas de dégradation de la situation mondiale sur le plan environnemental, afin d’économiser des ressources”). 26% n’achètent que des fruits et légumes de saison, produits localement (et 23% sont disposés à se lancer dans cette démarche). Conserver plus longtemps les appareils électroniques ou acheter moins pour faire plus soi-même sont aussi des pistes déjà bien explorées. Au contraire, des sujets de “résistances” sont identifiés par l’ObSoCo, comme "partir en vacances moins souvent" ou "louer/ acheter d'occasion plutôt que neuf".

Changement climatique et qualité de vie

En parallèle, les préoccupations environnementales sont reliées au cadre de vie. Canicules, inondations, sécheresses, tempêtes, feux de forêts... 70%  des Français et Françaises se disent "inquiets des conséquences potentielles du changement climatique sur la qualité de vie au sein de la région qu’ils habitent".

70%  des Français et Françaises se disent inquiets des conséquences potentielles du changement climatique sur la qualité de vie au sein de la région qu’ils habitent. 

Ces risques pourraient même faire reconsidérer le lieu de vie des personnes interrogées (pour envisager un autre logement, un autre quartier, une autre commune voire une autre région) : 37% d'entre elles “pourraient déménager en raison des risques liés au changement climatique sur leur territoire”.

Seulement 1/3 des sondés ont confiance en la capacité de leur territoire "à anticiper les risques liés au changement climatique et à se transformer pour réduire sa vulnérabilité aux conséquences du changement climatique". Toutefois, les stratégies d’adaptation déjà mises en place (végétalisation des bâtiments, péages urbains pour inciter les automobilistes à emprunter les transports en commun, écoquartiers…) sont encore “peu connues du grand public”

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
À propos de l'autrice
Lucie de la Héronnière
Responsable éditoriale
Lucie a travaillé pendant une dizaine d'années pour la presse et l'édition. Sa spécialité ? L'alimentation et ses enjeux. Pour Bien ou Bien, elle plonge désormais dans toutes les facettes de la consommation responsable.

Tags associés à l’article

Ces articles pourraient vous plaire...
Ces articles pourraient vous plaire...
Voir tous les articles