Une trentaine de fruits et légumes devront être vendus sans emballage plastique dès 2022
    Une trentaine de fruits et légumes devront être vendus sans emballage plastique dès 2022
    temps de lecture:
    Un paquet de 4 pommes sous plastique, ça vous énerve ? Tout comme les concombres vendus sous film et les bananes suremballées ? Cette utilisation de plastique au rayon primeur va bientôt s'arrêter : à partir du 1er janvier 2022, une trentaine de fruits et légumes ne pourront plus être commercialisés en France dans un emballage en plastique. Progressivement, cette interdiction s'appliquera aussi aux produits les plus fragiles.
    iStock.com/RusN

    C’est une disposition de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (dite loi AGEC) de février 2020 : il sera bientôt interdit de vendre des fruits et légumes frais non transformés dans des emballages en plastique, rapporte Le Monde.

    Comme l’explique le site du ministère de la Transition écologique, cette mesure s’appliquera en fait progressivement, surtout pour les produits les plus fragiles. Mais, “au plus tard en 2026, tous les fruits et légumes seront vendus sans emballage plastique”.

    Au plus tard en 2026, tous les fruits et légumes seront vendus sans emballage plastique.

    Dès le 1er janvier 2022, une trentaine de fruits et légumes seront déjà concernés (sauf pour les lots de 1,5 kg ou plus).

    Légumes

    Poireaux, courgettes, aubergines, poivrons, concombres, pommes de terre, carottes, tomates rondes, oignons, navets, choux, choux-fleurs, courges, panais, radis, topinambours, légumes racines.

    Fruits

    Pommes, poires, bananes, oranges, clémentines, kiwis, mandarines, citrons, pamplemousses, prunes, melons, ananas, mangues, fruits de la passion, kakis (sauf fruits mûrs à point).

    Le décret, publié ce 12 octobre au Journal officiel, précise que certains produits qui risquent de se détériorer lors d’une vente en vrac auront droit à divers délais, pour permettre de trouver des solutions alternatives : tomates cerises, oignons primeurs, pêches, nectarines, fruits rouges…

    Le Monde précise que “les professionnels, distributeurs et opérateurs, travaillent ainsi depuis plusieurs mois à chercher des solutions pour remplacer le plastique”, comme “le bois ou le carton. Le développement de ces solutions est coûteux, affirment les industriels”

    L’objectif de cette mesure, c’est bien sûr d'encourager la vente en vrac et de réduire les déchets. Selon le ministère, “alors qu'on estime que 37% des fruits et légumes sont aujourd'hui vendus sous emballage, cette mesure permettra de supprimer plus d’un milliard d’emballages en plastique inutiles chaque année”

    Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
    À propos de l'autrice
    Lucie de la Héronnière
    Responsable éditoriale
    Lucie a travaillé pendant une dizaine d'années pour la presse et l'édition. Sa spécialité ? L'alimentation et ses enjeux. Pour Bien ou Bien, elle plonge désormais dans toutes les facettes de la consommation responsable.

    Tags associés à l’article

    Ces articles pourraient vous plaire...
    Ces articles pourraient vous plaire...
    Voir tous les articles