Tentez de remporter 500 € en participant à notre tirage au sort ! 🎁

Tri, revente, recyclage... Vider son armoire en 5 étapes

Tri, revente, recyclage... Vider son armoire en 5 étapes

temps de lecture:
Notre garde-robe est à deux doigts de nous tomber sur la tête, il est grand temps d’y faire de la place : c’est parti pour le grand tri.
Photo by Sarah Brown on Unsplash

[Cet article a été initialement publié dans le guide IDÉES PRATIQUES #3: La mode éthique dans nos dressings, réalisé par ID L'Info Durable.]

Comment bien trier ? Et que faire des pièces dont on souhaite se séparer ? Voici les grandes étapes à suivre pour faire de la place dans ses armoires. Mais avant de commencer, il s’agit d’abord de bien choisir son moment et surtout, de se dégager du temps. Rien ne presse et si l’on possède un grand dressing, le tri peut tout à fait s’étaler sur plusieurs jours. Pourquoi ne pas commencer par s’occuper de l’étagère du haut, demain celle du milieu, après-demain la penderie, et ainsi de suite ? Quoi qu’il en soit, il convient de réserver deux ou trois heures de son temps pour s’atteler au rangement.

1. Vider son armoire

Pour y voir clair dans son tri, la première chose à faire et de vider entièrement l’armoire (ou du moins, l’étagère que l’on trie en premier). Cette étape préalable permettra d’abord d’y voir clair et de se rendre bien compte de tout ce que l’on possède, mais aussi de pouvoir ensuite re-ranger de manière propre et organisée.

2. Trier en trois catégories

Une fois que tous les vêtements jonchent le sol, il est temps d’entrer dans le vif du sujet. Une à une, il faudra classer chaque pièce en différentes catégories : trois piles y seront dédiées. La première concerne les vêtements que l’on souhaite garder. La deuxième, ceux dont on souhaite se débarrasser. Et enfin la dernière sera la pile de l’hésitation : si notre cœur balance entre les deux premières piles, le vêtement concerné ira dans cette dernière catégorie.

3. Ranger les vêtements que l’on garde

La première pile concerne les vêtements qui ont leur place dans notre garde-robe : ceux que l’on aime, que l’on porte régulièrement et dont il n’est pas question de se séparer. On peut alors les plier soigneusement et les remettre dans l’armoire.

4. Décider du sort de la dernière pile

Avant de continuer, il faudra choisir que faire des vêtements classés dans la dernière catégorie, celle de l’hésitation. On les passe au crible en se posant quelques questions : "Ai-je porté ce vêtement récemment ?", "A-t-il une quelconque valeur sentimentale ou financière ?", "Pourrais-je le transformer ou le customiser ?". Si les réponses sont positives, pourquoi ne pas laisser une chance à ce vêtement ? Sinon, direction la pile numéro 2. Quoiqu’il en soit, il repassera le même test dans quelques mois lors du prochain tri et peut-être alors que son sort sera différent.

La Belle Empreinte

La Belle Empreinte est le label complet pour les collections de mode qui font du bien à la terre, aux emplois et aux clients. Chaque pièce labellisée bénéficie d’une étiquette personnalisée qui explique la belle histoire de sa fabrication, ses engagements et pourquoi elle est labellisée. Pour être labellisées, les marques suivent un audit "anti-greenwashing" au cours duquel l’équipe de la Belle Empreinte analyse leurs pratiques sur 40 champs d’action prioritaires du textile : les défis. On retrouve notamment parmi les défis : les conditions écologiques de fabrication des matières qui est la principale source de pollution textile, l’ancrage local, la qualité ou encore des emplois pour tous’.

5. Offrir une seconde vie aux vêtements que l’on ne veut plus

Il ne reste plus qu’une pile : les vêtements dont il convient de se séparer. Et là, il n’est pas question de tout jeter dans la benne à ordures. Le dressing est désormais bien rangé, désencombré et propre, il est maintenant temps de s’attaquer à tous les vêtements qui en sont sortis, ultime étape du grand tri. Là encore, on peut les diviser en plusieurs catégories afin de décider du sort qui leur sera réservé.

  • La revente

Outre les classiques Vinted, Vide Dressing, le Bon Coin, il existe aussi d’autres plateformes permettant la revente de ses vêtements, à la mode éco-responsable cette fois : Swap-Chic par exemple privilégie la remise en main propre pour limiter l’envoi de colis polluants. Enfin, il est également possible de revendre ses vêtements non pas à des particuliers, mais aussi à des enseignes de friperies : entre autres Once Again ou encore Ethic2hand (qui ne reprend que des vêtements de seconde main siglés par des marques éthiques).

  • Le don

On peut donner à ses proches, mais aussi via des associations, des ressourceries ou encore des groupes Facebook... Les manteaux d’hiver, les pulls par exemple sont plébiscités par les associations pour donner à des gens dans le besoin : Emmaüs, la Croix-Rouge notamment récupèrent des dons dans leurs différentes antennes. En outre, lorsque l’on dépose ses vêtements dans les bacs de collecte, une partie d’entre eux est aussi "donnée aux plus démunis ou revendue à prix modique", selon Eco TLC.

  • Le troc

Là encore, on peut troquer entre particuliers, via des groupes Facebook, la plateforme Trocr, Troc Vestiaire, ou même sur Vinted qui a ajouté cette fonctionnalité. Mais plus simplement, on peut aussi troquer avec ses proches en organisant une après-midi où chacun ramène les vêtements dont il souhaite se débarrasser.

  • Le recyclage

Enfin, on peut aussi déposer ses sacs de vêtements dans des bornes dédiées au recyclage. On les trouve un peu partout en France et les organismes dédiés se chargent ensuite de vider les bennes pour récupérer les vêtements et mettre en place leur tri.

Les bons réflexes lorsque l’on donne ses vêtements
  • On peut déposer dans les bornes de collecte tous types de tissus : draps, linge, chaussures, maroquinerie, collants troués ou chaussette orpheline. Chaque matière peut être revalorisée.

  • On y met uniquement des textiles propres et secs au risque que ceux-ci soient automatiquement dirigés vers la décharge.

  • Pour les chaussures, il convient de les attacher entre elles afin d’éviter qu’elles ne se dissocient.

  • Il est préférable d’utiliser des sacs fermés et peu volumineux, d’environ 30 cl.

  • Côté Eco TLC, il existe plus de 45 000 points d’apport volontaire à travers le territoire, selon le ministère de la Transition écologique et solidaire. Pour trouver des bornes de collecte près de chez soi, direction la carte interactive !

  • Autrement, les bennes estampillées "Le Relais" sont également disséminées un peu partout en France, qui compte quelque 22 000 conteneurs. Pour les localiser, c'est ici.

=> Revenir au sommaire La mode éthique dans nos dressings

=> Lire notre Guide de la mode

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
À propos de l'auteur
ID L'info durable
#TousActeurs
Le premier média en France à proposer une information rigoureuse sur le développement durable associée systématiquement à des solutions concrètes pour agir à son échelle.

Tags associés à l’article

Ces articles pourraient vous plaire...
Ces articles pourraient vous plaire...
Voir tous les articles