Bcorp
🌞 Bien ou Bien organise un grand tirage au sort de l'été avec Ulule Boutique et GreenGo : participez et tentez de gagner 500€ de cartes cadeaux !

Près de Roanne, une route rénovée grâce à des déchets de l'industrie du papier

Près de Roanne, une route rénovée grâce à des déchets de l'industrie du papier

temps de lecture:
Dans la Loire, une portion de la D39 est rénovée avec un procédé innovant : le nouveau bitume sera en partie composé d'une émulsion végétale provenant de déchets de la fabrication de papier kraft.

Entre Saint-Romain-la-Motte et Mably, dans la Loire, la D39 est en cours de réfection. Des travaux inhabituels, puisqu’une portion de 2,5 km sera faite de “bitume écoresponsable”, raconte Le Progrès. En effet, celui-ci sera en partie composé de résidus de la fabrication du papier kraft, récupérés pour faire un liant de la chaussée. 

Concrètement, “une grande fraiseuse routière rabote la chaussée, puis le goudron usé et dégradé arrive dans un mélangeur. Ce bitume y sera traité et mélangé avec une émulsion végétale provenant de déchets de l’industrie de la papeterie”, explique le quotidien régional.

Jérémie Lacroix, vice-président départemental chargé des routes et des mobilités, précise au journal que cette innovation diminue l’empreinte carbone des chantiers : “On réduit la pollution à plusieurs niveaux. Que ce soit dans le mélange où l’on utilise moins d’agents polluants ou [dans] le fait qu’on ne fasse pas d’allers-retours pour traiter le bitume usé”.

Pour le département de la Loire, c’est une expérimentation pour vérifier la durabilité de cette alternative proposée par Eiffage Route. Plusieurs tests à base de liants végétaux ont eu lieu ces dernières années en France. Cette même entreprise a par exemple développé un autre procédé mis en pratique notamment en Gironde : l’enrobé est réalisé à partir d’une solution à base d’émulsions végétales issues des pins. 

Selon les Echos, depuis déjà plusieurs années, les chaussées sont “sur la voie du bitume végétal”, notamment grâce à des expérimentations de solutions pour remplacer “des produits issus de la carbochimie et de la pétrochimie par des végétaux”. 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !
À propos de l'autrice
Lucie de la Héronnière
Responsable éditoriale
Lucie a travaillé pendant une dizaine d'années pour la presse et l'édition. Sa spécialité ? L'alimentation et ses enjeux. Pour Bien ou Bien, elle plonge désormais dans toutes les facettes de la consommation responsable.

Tags associés à l’article

Ces articles pourraient vous plaire...
Ces articles pourraient vous plaire...
Voir tous les articles